Vous trouverez ici une sélection de films qu’il faut voir…

En règle générale, les étudiants ont une assez petite culture cinéma surtout axés sur les 10 ou 15 dernières années maximum et c’est fort dommage.

Il est important, lorsque l’on étudie ou que l’on vise le graphisme, d’avoir une riche culture cinéma car il y a beaucoup à prendre dans cet art.

La façon de raconter une histoire, une scène, un regard n’est pas du au hasard. La lumière, la scénographie, les dialogues dit et non dit, la couleur, le choix d’une pellicule ou tel effet sont autant d’éléments de language pour faire passer une idée, un ressenti.

Ajourd’hui le cinéma est surtout un cinéma paresseux coté scénario, rattrapé à grand coups bouillies de pixels CGI dans de grandes scènes d’actions illisibles.

Je ne parlerai donc pas ici des derniers blockbusters, qui ont certes certaines qualités pour certains d’entres eux, non je vous parlerai de films qui ont eu un impact graphique, de genre, de storytelling ou de vision.

Ce n’est pas parcequ’un film est “ancien” qu’il ne mérite pas d’être regardé. Certains films sont complétement intemporels comme retour vers le futur par exemple.

Certains autres films auront des effets spéciaux “datés”, mais cela ne veux pas dire qu’ils sont mauvais ! Ils correspondent à leur époque et il faut savoir lire le récit et mettre de coté cette incrustation un peu sale en rentrant DANS le film.

Regarder ses films permet aussi de voir quel impacts ils ont eu sur les films qui sortent aujourd’hui. Certaines scènes ou dialogues sont des références clairement marqués au “anciens” films.

Avoir cette connaissance, cette culture, vous aidera bien plus que vous ne le pensez dans votre travail graphique.

Blade Runner

Dans les dernières années du 20ème siècle, des milliers d’hommes et de femmes partent à la conquête de l’espace, fuyant les mégalopoles devenues insalubres. Sur les colonies, une nouvelle race d’esclaves voit le jour : les répliquants, des androïdes que rien ne peut distinguer de l’être humain. Los Angeles, 2019. Après avoir massacré un équipage et pris le contrôle d’un vaisseau, les répliquants de type Nexus 6, le modèle le plus perfectionné, sont désormais déclarés “hors la loi”. Quatre d’entre eux parviennent cependant à s’échapper et à s’introduire dans Los Angeles. Un agent d’une unité spéciale, un blade-runner, est chargé de les éliminer. Selon la terminologie officielle, on ne parle pas d’exécution, mais de retrait…

Blade Runner est un grand classique de la SF et il a puissamment influencé plusieurs générations de cinéastes, d’écrivains et de graphistes par son atmosphère cyberpunk et par son envoutante musique.

A noter :

  • Il existe plusieurs versions du films avec des montages différents.
  • Le films est principalement un film dit noir avec une enquête de détective dans la grande tradition des films du genre, mais dans un futur proche.
  • Remarquez l’architecture de la ville.
  • Prenez le temps d’analyser la photographie (cadre et lumière).
  • La symbolique est extrêmement importante et subtile.

Une très bonne analyse mais aussi le tout premier Fossoyeur

Le making of

Extraits pour une analyse architecturale

Dune

En l’an 10191 AG (Après la Guilde), une seule substance permet de voyager dans l’espace : l’Épice. Cette substance, la plus convoitée de l’univers, ne se trouve que sur la seule planète Arrakis, aussi appelée Dune, planète aride et hostile, couverte de sable. Le Duc Leto Atréides remplace ses ennemis, les Harkonnens, à la tête du fief d’Arrakis, et part s’y installer avec sa concubine Jessica et son fils Paul. Les membres de la Maison Atréides pressentent un piège, tendu par le baron Harkonnen, mais ils doivent obéir à la volonté de l’Empereur. Peu après leur installation sur Dune, les Atréides sont trahis par le médecin personnel du Duc Leto et décimés par une attaque conjointe des forces Harkonnen et des troupes de l’Empereur. Paul et sa mère parviennent à fuir et se retrouvent seuls survivants de la famille Atréides. Perdus en plein désert, ils y rencontrent les Fremen, peuple indigène d’Arrakis et véritables maîtres du désert. Les Fremen attendent la venue d’un Messie qui les délivrera. Se pourrait-il que ce soit Paul ?

A noter :

  • Le film est tiré d’une série de très bon livres de Franck Herbert
  • David Lynch a renié ce film…
  • Jodorowsky devait faire Dune avec : Moebius, H.R Giger, Chris Foss, Dali, Richard Corben sur une musique de Pink floyd ! Le film devait durer douze heures.
  • Même si l’ensemble du film a vieilli, l’esthétique des différentes factions est un modèle du genre. Bien marqué et différente jusque dans les concepts philosophiques.
  • Le film se définit par une sorte de mysticisme propre au space opera dans le style Heavy Metal (magazine)

Analyse du Fossoyeur

Un making off maquettes

Le documentaire sur la vision de dune par Jodorowsky

Bienvenue à GATTACA

Dans un monde futuriste, on peut choisir le génotype des enfants. Dans cette société hautement technologique qui pratique l’eugénisme à grande échelle, les gamètes des parents sont triés et sélectionnés afin de concevoir in vitro des enfants ayant le moins de défauts et le plus d’avantages possibles. Bien que cela soit officiellement interdit, entreprises et employeurs recourent à des tests ADN discrets afin de sélectionner leurs employés ; les personnes conçues de manière naturelle se retrouvent, de facto, reléguées à des tâches subalternes. Gattaca est un centre d’études et de recherches spatiales pour des gens au patrimoine génétique impeccable. Jérôme, candidat génétiquement idéal, voit sa vie détruite par un accident tandis que Vincent, enfant conçu naturellement, donc au capital génétique « imparfait », rêve de partir pour l’espace. Chacun des deux va permettre à l’autre d’obtenir ce qu’il souhaite en déjouant les lois de Gattaca.

A noter :

  • Ce film est un exemple parfait de bon film de SF à petit budget (18 millions de dollars)
  • Le film s’inspire de grands classiques comme 1984 (livre), Soleil Vert (film), le meilleur des mondes (livre)
  • Le film opte pour une description visuelle à plusieurs niveaux : L’espace commun assez froid, lumineux (pour que tout le monde puisse voir tout le monde) et standardisé, l’espace personnel dans les tons orangés mais plus sombre, et l’espace du rève et du souvenir qui est fluctuant.
  • Bienvenue à Gattaca » est un film d’anticipation incontournable. L’histoire de cet homme déterminé à se surpasser et à réaliser ses rêves est tout simplement poignante. Une superbe réalisation vient couronner un scénario particulièrement intelligent et invite notamment le spectateur à s’interroger sur les limites du rationalisme scientifique.

Analyse par Hello Ciné

Analyse de la science de Gattaca

Petit making off

Sin City

Basin City, surnommée « Sin City », est la ville du vice et du péché. Dans cette métropole détruite par le crime évoluent trois personnages atypiques et marginaux : Marv (Mickey Rourke), un colosse tout juste sorti de prison ; Dwight McCarthy (Clive Owen) un homme à femmes au passé trouble ; John Hartigan (Bruce Willis), l’un des seuls policiers intègres de la ville.

A noter :

  • Le film est basé sur la très bonne BD Sin City de Frank Miller. A ce propos, le réalisateur Robert Rodriguez dit :« Je suis tombé raide dingue de Sin City dès la première page. Dans un magasin de BD, ces livres vous sautent à la figure parce qu’ils tranchent complètement visuellement. Ils ne ressemblent à rien de ce qui existe. »
  • Le film a entièrement été tourné sur fond vert.
  • Certains comédiens ayant des scènes ensembles n’ont cependant pas tourné ensemble (scène dans laquelle Marv affronte Kevin par exemple).
  • Quentin Tarantino a dirigé la scène en voiture entre Clive Owen et Benicio del Toro
  • Il existe une version linéaire des histoire.
  • Beaucoup de scènes reprennent à la perfection des cases des BD.
  • Il existe une bonne suite : Sin City : j’ai tué pour elle

Tuto pour faire un effet sin city sous after effect

Le making of

Un autre tuto

Ghost Dog: The Way Of The Samurai

Dans l’État du New Jersey, plus précisément dans la ville de Jersey City, un tueur à gages afro-américain vit selon les préceptes du Hagakure, code d’honneur des samouraïs du Japon médiéval. Il vit seul, très simplement, en nourrissant ses pigeons, se faisant appeler « Ghost Dog », littéralement en français « chien fantôme » ou « chien invisible ». Son sauveur à la suite d’un incident survenu huit ans auparavant, qu’il considère comme son « Maître », fait partie de la mafia italienne locale. Quand la fille du « Parrain » devient le témoin d’un des contrats de « Ghost Dog », celui-ci semble alors bien gênant pour les mafieux qui décident de s’en débarrasser au plus vite.

A noter :

  • Remarquez la dichotomie entre l’aspect serieux et glauque des mafieux et ce qu’ils regardent en permanence à la TV
  • Le films est extrêmement contemplatif avec des phases d’actions brèves mais spectaculaire
  • Le budget absolument ridicule (2 millions de dollars) n’a pas empêché le film d’avoir un très bon accueil avec 82% de critiques favorables.
  • L’ambiance japonisante du thème, la musique Hip hop/rap, la prestation de Forest Whitaker et le montage font de ce film un objet d’une très grande modernité.
  • La symbolique est extrêmement importante et subtile.

Making off sur le tournage mais aussi ce qui fait l’univers graphique du film

Japon, La Voie Du Samurai, Mémoires D’Un Empire Secret [Documentaire Histoire]

Oblivion

En 2077, soixante ans après une guerre contre des extraterrestres qui a dévasté la Terre, l’humanité s’est déplacée vers la lune de Saturne Titan via une station spatiale géante appelée le Tet (pour tétraèdre, forme de la station). De gigantesques plates-formes d’énergie hydraulique pompent l’eau des océans de la Terre pour alimenter les colonies sur Titan. Guidé par Sally (Melissa Leo), du centre de contrôle des missions, et par son amante et officier transmission Victoria “Vika” Olsen, (Andrea Riseborough) Jack Harper “Tech 49” (Tom Cruise) quitte quotidiennement la tour où il vit pour réparer les drones tombés au combat qui protègent le territoire et les plate-formes hydrauliques, contre des aliens survivants de la guerre, les “chacals”. Bien que sa mémoire ait été effacée, Jack fait encore des rêves récurrents où lui et une belle inconnue se tiennent en haut de l’Empire State Building, avant la guerre. Lors de ses patrouilles, Jack collecte occasionnellement des objets datant d’avant la guerre, derniers vestiges de l’humanité. Vika est préoccupée par la curiosité de Jack, se demandant s’ils forment toujours “une bonne équipe”, et l’encourage à faire son travail, afin qu’ils puissent bientôt rejoindre les autres sur Titan.

A noter :

  • Le film est un hommage aux films SF des années 1970
  • Le film n’est absolument pas un blockbuster à l’action frénétique, il se veut réfléchit et posé, malgré quelques grosse ficelles de temps à autres.
  • Le design global du film est très intéressant, tant pas son architecture, que les différentes UI ou la conception des vaisseaux.
  • Certaines scènes rapprochent le héro à la terre (scène de la cabane), tandis que d’autres au ciel et à l’espace (scène de la piscine)
  • La lumière a une importance capital dans ce film qui oscille entre les ton chauds, froids, embrasés, sombres avec à chaque fois une explication qui tombe sous le sens.
  • On peut repérer certains clins d’œil au film “la jetée” qui a inspiré “l’armée des 12 singes” de Terry Gilliam.

Making of sur le design dans le film

Les interfaces

Outland

Dans un futur lointain sur une colonie minière d’une lune de Jupiter, un marshal fédéral enquête sur une série d’incidents et met au jour un trafic de drogue. Mais il met sa vie en danger et doit lutter pour survivre.

A noter :

  • Le film est un mélange des genres policier, action, SF et même Western (certaines similitude avec le film “le train sifflera trois fois”)
  • Le space western est un style en soit avec de nombreux exemples : Albator, Cobra, Cowboy bebop, Cowboy et envahisseurs, Titan AE, Mondwest, Galaxy Express 999, et dans une certaine mesure quelques Star wars.
  • Le film est une réflexion sur le capitalisme, l’exploitation tant des ressources que de l’homme, mais aussi une critique social (héla peu approfondi).
  • Les effets spéciaux, très réussit, font appel pour la premiere fois à la technique de l’introvision ou Front screen projection. Les maquettes sont hyper détaillé et d’un design intéressant.
  • Le film Outland et sa colonie minière aura une grande influence sur James Cameron et son Alien 2 (la colonie) ou la station de Abyss.

Principe de l’Introvision ou Front Screen Projection

Brazil

Sam Lowry est un bureaucrate dans un monde rétro-futuriste totalitaire. Il se contente de son travail et de sa petite vie tranquille tout en s’échappant en rêve dans un monde de héros romantiques. Son existence satisfaite, mais solitaire, est compliquée par l’arrestation brutale d’un certain Archibald Buttle, en raison d’une erreur administrative. Il tente de réparer cette injustice et doit lutter contre un système extrêmement contrôlé qui le considère de plus en plus comme un dissident.

A noter :

  • Le film est une époustouflante comédie fantastique, à l’humour très noir et volontiers absurde, peinture d’une société du futur très — trop ? — proche de la nôtre…
  • Mais soyons clair, c’est un joyeux bordel artistique !
  • Le film n’a pas très bien vieilli (fx passé, lumières à l’ancienne, cadres un poil retro), mais cela n’enlève en rien une richesse certaine et une influence qui se fait encore sentir aujourd’hui.
  • La sortie du film fut l’occasion d’une guerre profonde entre les studio et Terry Gilliams (coutumié des soucis de ce genre avec par exemple sont tout dernier film “L’homme qui tua Don Quichotte”)

Wargames

David Lightman est plus intéressé par son ordinateur que par ses études, ce qui ne l’inquiète pas puisqu’il se sait capable de modifier lui-même ses notes en agissant sur l’ordinateur de l’école. Un jour, en cherchant à percer le code d’accès d’un nouveau jeu vidéo, il se branche accidentellement sur l’ordinateur du département de la Défense qui prend au sérieux ce qui n’était au départ qu’un jeu…

  • Ce film a lancé plus d’une vocation dans l’informatique
  • Le film n’a pas si vieillit que cela, étant fermement ancrés dans les années 80
  • En 1979 aux États-Unis, à la suite d’un accident survenu dans une programmation d’ordinateur, les techniciens de la Défense ont cru l’espace de six minutes que des missiles soviétiques se dirigeaient vers le pays.
  • Dans Captain America, le soldat de l’hiverScarlett Johansson prononce la célèbre réplique “Shall we play a game ?” lorsqu’elle est face à l’ordinateur du S.H.I.E.L.D., en référence à WarGames.
  • WarGames est le premier film à évoquer un firewall (pare-feu informatique).

Une excellente analyse par Karim Debache

Making of

Planète Interdite

Au XXIIe siècle, le vaisseau spatial C 57 D se pose sur la lointaine planète Altair 4. Une expédition dirigée par le commandant Adams vient enquêter sur la disparition, vingt années plus tôt, du navire spatial Bellérophon et de son équipage. Les explorateurs sont accueillis par Robby, un robot ultra perfectionné qui les conduit jusqu’à la formidable demeure de l’énigmatique Docteur Morbius. Celui-ci, avec sa fille Altaira est le seul survivant de l’expédition précédente qui a été décimée par une force inconnue…
Le Docteur Morbius explique qu’il a découvert qu’il y a plusieurs milliers d’années, la planète était habitée par des êtres à l’intelligence exceptionnelle, les Krells, qui ont mystérieusement disparu, laissant derrière eux des traces de leur civilisation : un cube gigantesque de plusieurs kilomètres de côté capable de fournir une énergie incommensurable.

Ce film a été un immense blockbuster en son époque et a marqué à jamais la pop culture. Il n’est pas rare de voir Robby le robot en convention SF, Japan expo, dans des series comme The big Bang Théory, Colombo, La croisière s’amuse,etc.

Bien qu’ancien, ce film n’en demeure pas moins très bien fait avec des superbes décors (studios) et des effets spéciaux magnifique. Il flotte une étrange atmosphère dans ce film, qui contribue à une ambiance parfaitement maitrisé.

  • Planète interdite est l’un des premiers films de science-fiction ayant bénéficié de la couleur et du format cinémascope.
  • La musique est la première bande originale de film n’utilisant que des sources électroniques
  • L’esthétique n’est pas sans rappeler les grandes heures de Métal Hurlant.
  • Le style fait aussi partie de ce qu’on appelle le NuclearPunk qui a ses lettres de noblesses dans la serie Les Jetsons, les jeux Fallout.

Analyse du film par Eliot Mini

Conférence sur la science dans ce film

LA fameuse scène qui en a fait cauchemarder plus d’un…

Akira

Tetsuo, un adolescent ayant vécu une enfance difficile, est la victime d’expériences visant à développer les capacités psychiques qui dorment en chacun de nous. Ainsi doté d’une puissance que lui meme ne peut imaginer, Tetsuo décide de partir en guerre contre le monde qui l’a opprimé. Dès lors, Il se retrouve au coeur d’une légende populaire qui annonce le retour prochain d’Akira, un enfant aux pouvoirs extra-ordinaires censé délivrer Tokyo du chaos…

Akira est un film majeur dans l’histoire du dessin animé Japonais. Il a influencé de nombreux films, réalisateurs, graphistes, dessinateurs et est encore aujourd’hui une référence incontournable.

A l’origine, Akira est un manga à succès de Katsuhiro Ōtomo sur 120 épisode et 2200 planches.

Le film a grandement contribué à la découverte de l’animation Japonaise sérieuse (pour adulte) en France.

La légende dit que c’est Alejandro Jodorowsky qui aurait trouvé la fin d’Akira, Ōtomo étant en panne d’inspiration

  • Notez la précision incroyable des arrières plans
  • Le film prends son temps en installant un rythme particulier mêlant action frénétique et contemplation.
  • Portez une attention particulière à la bande annonce.
  • Le film à été complétement dessiné à la main, à quelques toutes petites exceptions en 3D (la simulation de l’aura dans le labo)
  • Le film est notable pour son animation très fluide et stylisée. Le film a utilisé 160 000 celluloïds soit 1000 fois plus que pour d’autres films d’animations japonais de l’époque.

5 choses à savoir sur Akira

52 minutes pour parler d’Akira

Magnifique projet de fanfilm

Ghost in the Shell

Superbe fanfilm

Explication de Pourquoi le film live est mauvais